SUIVRE JÉSUS-CHRIST ET NON LA MASSE

« Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. »

Matthieu 7:13

Cela fait plus d’une année que j’ai commencé à conduire mon propre véhicule et les instants seule au volant se sont plusieurs fois transformés en des temps de dialogue avec le Saint Esprit. Des anecdotes, j’en ai en plusieurs. Au début, je l’avoue, c’était surtout parce qu’il n’y avait qu’à Lui que je pouvais m’adresser en temps réel pour triompher de la phobie éprouvée par le novice en conduite. Mais même lorsque la maîtrise du volant (et des pédales -rires) s’est progressivement installée, j’ai gardé l’habitude de communier avec le Seigneur à ces moments-là.

Au début donc, disais-je, j’allais toujours à une vitesse très raisonnable et parfois agaçante pour les autres usagers de la route: pas questions de prendre des risques inutiles. Seulement, au fil du temps, les gestes commencent à devenir routiniers, la patience laisse place à l’empressement et aux dépassements. Et puis un jour, une expérience a calmé mes ardeurs et le Saint-Esprit n’a pas manqué de saisir l’occasion pour m’enseigner.

Ce jour là, je me rendais avec ma mère chez ma sœur ainée. Sur le trajet, il y avait des bouchons longs comme un jour sans pain. Aussi, lorsque certains automobilistes ont à un moment décalé vers la gauche pour créer une seconde ligne, je n’ai pas résisté à la tentation de faire comme eux. Malheureusement pour moi, ils sont allés très vite et je me suis retrouvée face à face avec un énorme camion qui roulait vers moi. J’ai gardé mon calme mais il m’a fallu faire des acrobaties pour réintégrer sans heurt la ligne normale. C’est après cela que le Seigneur me souligna alors que ce n’est pas parce qu’une chose est faite par plusieurs personnes que je devrais leur emboîter le pas. Même s’ils le font sans anicroche apparent, ce peut ne pas être le cas pour moi. Voilà qui retentît bien en moi, avec preuve à l’appui. Et dire que s’il était arrivé quelque de chose, j’aurais entrainé ma mère dans un malheur comme Jonas avec les mariniers dans le même bateau que lui (Jonas 1 :12b), tout simplement parce qu’au lieu de faire ce qui est juste, j’aurai cédé à l’envie d’imiter les autres.

Pour revenir au verset de Matthieu 7:13 susmentionné, Jésus-Christ nous donne de comprendre que suivre la multitude n’est aucunement la garantie d’emprunter le bon chemin, le chemin du salut. Bien au contraire, c’est le risque assuré de perdition au bout de cette entreprise. Jésus-Christ est le seul chemin (Jean 14:6) que nous devons suivre même si cela implique d’aller à contre courant de ce que fait la majorité. Alors arrêtons nous un moment et demandons-nous si nous sommes en train de suivre Christ ou la masse? Au travail, en famille, à l’école, quel que soit le milieu dans lequel nous évoluons, nous n’avons pas à imiter la corruption, les ragots et calomnies, la débauche et la luxure, les pratiques idolâtres etc. sous prétexte que tout le monde le fait ainsi. Nous ne sommes plus du monde pour nous y conformer encore (Romains 12 :2). Lorsque nous suivons Jésus-Christ, le chemin peut être certes étroit, rocailleux et inconfortable par endroits, mais il est d’une sûreté et d’une droiture sans pareil (Deutéronome 32:4), ce sont des sentiers de justices qui mènent sur de verts de pâturage et au bord des sources calmes (Psaume 23:2-3), ne nous en détournons ni à gauche ni à droite (Jean 12: 26).

Pour quelqu’un d’autre, la question en ce moment pourrait plutôt être: « Suis-je en train de refuser de suivre Christ parce que je veux continuer à faire comme la majorité? ». Si c’est votre cas, prenez conscience que votre âme a de l’importance et ce serait un gâchis de la perdre pour avoir voulu suivre les tendances d’un monde qui est passager. Oui, Dieu a bien fixé un jour où il jugera le monde (Actes 17:31). Chacun INDIVIDUELLEMENT recevra selon la voie qu’il aura suivi et il nous sera impossible de prendre pour excuse ce que la majorité faisait pour justifier notre éloignement de la sienne. Alors, pendant que nous en avons encore l’occasion, choisissons le chemin de la vie abondante, de la vie éternelle, choisissons Jésus-Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *