« Mais le fruit de l’Esprit, c’est…la bénignité »

Galates 5:22

Faire de quelque chose tout un plat et faire de quelque chose tout un fromage sont deux expressions sœurs. Si la première semble être la plus employée couramment, la seconde est plus évocatrice pour saisir leur signification. En effet, le fromage est un produit dérivé du lait (matière première) qui demande pour son obtention un procédé de manufacturation. Aussi, en faire tout un fromage renvoie à prendre quelque chose de simple pour le transformer en quelque chose de plus élaboré, plus compliqué. C’est ainsi que ces deux expressions sont utilisées pour dire: faire toute une histoire de pas grand-chose, grossir ou dramatiser une situation, avoir des réactions exagérées concernant un simple événement ou exagérer la portée d’une action.

Pour revenir à la Parole de Dieu, encourager à ne pas faire d’une situation négligeable une montagne, à ne pas en faire tout un plat, c’est pousser à manifester une partie du fruit de l’Esprit: LA BÉNIGNITÉ (Galates 5:22). La bénignité vient du qualificatif « bénin » qui se rapporte à une chose sans gravité comme dans le jargon médical. Elle est cette bonne et bienveillante disposition de cœur qui va nous amener, en tant qu’enfant de Dieu, à être indulgent et ne pas donner des proportions énormes à une chose que nous pouvons considérer comme sans gravité. Ainsi, si nous marchons par le Saint-Esprit, il nous conduira dans beaucoup de situations à minimiser les choses au lieu de les aggraver, à passer dessus, à prendre sur soi pour maintenir la paix ou une bonne conscience et ce, même lorsque nous aurons raison. En écoutant son conseil, le Saint-Esprit nous évitera de verser dans des embrouilles pour des broutilles et nous pourrons même facilement accepter de subir quelques injustices (1 Corinthiens 6:7) par égard à sa présence en nous et pour glorifier Dieu autour de nous.

Voici deux cas dans la bible qui pourraient nous édifier davantage.

  1. Elisée: Le prophète Elisée reçut la double onction d’Elie et son ministère a été puissant voire époustouflant. Mais on peut dire qu’un jour il a manqué de faire preuve de bénignité. Alors qu’il montait à Béthel, il a rencontré en chemin une bande de jeunes garçons qui se sont moqués de sa tête chauve. Il aurait pu simplifier les choses et continuer sa route, mais il a maudit ces gamins et sur sa parole, des ours les ont attaqués (2 Rois 2: 23-24).
  2. David: Alors que le roi David fuyait devant son fils Absalom auteur d’un coup d’Etat, il arriva dans un ville où un homme de la famille de Saül se mit à prononcer des malédictions et à jeter des pierres contre lui. Alors que les serviteurs de David étaient prêts à couper la tête de cet homme nommé Schiméï, le roi David leur dit de laisser faire. Pour lui, les agissements de ce Benjamite étaient négligeables par rapport à ceux de son propre fils qui en voulait à sa vie. C’est sur l’Eternel qu’il comptait pour lui faire justice (2 Samuel 16: 5-12).

De ces deux cas, nous pouvons alors réaliser que si nous avons une onction ou un pouvoir particuliers, sans manifester la bénignité, nous pourrions les utiliser pour faire « mal » aux autres à la moindre contrariété. En effet, c’est possible même d’être en Christ et de réagir démesurément lorsqu’une situation d’outrage se présente. Cela ne nous est-il jamais arrivé pendant que nous étions au volant de notre véhicule, dans l’exercice de nos fonctions, dans un service public ou simplement dans le cadre d’une de nos relations? N’avons-nous pas ensuite senti que nous avons attristés le Saint-Esprit (Ephésiens 4:30-32)? Cela ne traduirait-il pas alors que notre chair a encore besoin d’une dose de crucifixion afin d’éviter à ses œuvres d’être manifestées dans notre vie (Galates 5:20)? Il y aura toujours des situations pouvant nous mettre dans un état d’ébullition, peut-être que nous faisons même face à une en ce moment, sans pour autant cautionner le mal, n’en faisons pas tout un plat là où le Seigneur désire que nous préservions notre cœur. Si nous nous rendons compte que c’est encore difficile pour nous d’avoir cette disposition de cœur, demandons au Saint-Esprit de nous remplir et de nous transformer(Galates 5:16) pour qu’en manifestant sa bénignité notre la lumière luise davantage devant les hommes (Matthieu 5:16) et que le nom de notre Seigneur Jésus-Christ soit glorifié dans tout ce que nous avons à traiter comme affaire dans ce monde.

3 Thoughts on “N’EN FAIS PAS TOUT UN PLAT!

  1. Ah oui oui!!! apprendre à passer outre certaines situations aussi difficiles que cela puisse l’être.
    On peut avoir beaucoup de mal à avaler la pillule d’une offense ou d’une injustice et on peut se surprendre en train de dire ou poser des actes que humm quand le proverbes 15:18 dit que’ <> la fin là ne te concerne plus tellement la chair a pris le dessus😅.
    Plus de mort en soi obligée 🙏🙌

    1. 😂 Oui chère Laurie, quand la chair prend le dessus, la suite est souvent très compliquée. Ensuite il faut parfois dans la repentance réparer les dégâts et surtout rétablir la bonne communion avec le Saint-Esprit. Heureusement, lorsque nous suivons son conseil à Lui, il nous met au-dessus des situations 🙏🏾

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *